mardi 29 novembre 2016

La Couleur Pourpre - Alice Walker


Quatrième de Couverture :
"Toute ma vie je m'ai moquée de ce que les gens pensaient de moi. Mais dans mon coeur, c'était important Dieu qu'est-ce qu'il pensait. Et voilà maintenant que j'ai compris, il pense pas, il se prélasse là-haut, assis sur son trône à faire la sourde oreille."

Célie est née sous de tristes auspices. Hier régulièrement violée par son père et aujourd'hui négligée par son mari, elle ne connaît des hommes que leurs pires travers.
L'amour, pour elle, c'est d'abord Shug, une merveilleuse chanteuse de blues qui saura l'extraire de sa pauvre vie. C'est aussi Nettie, sa soeur, missionnaire en Afrique, avec laquelle elle correspond sans relâche. L'amour, c'est encore le bon Dieu, à qui elle s'adresse parfois, même si elle a l'impression qu'il la laisse un peu tomber.
Note :
♣♣♣♣
Avis :
J'ai lu ce livre dans le cadre du club de lecture ouvert par Emma Watson sur Goodreads (lectures centrées sur le féminisme). J'ai mis un peu de temps à l'ouvrir, mais une fois ouvert j'ai bien aimé et je l'ai lu d'une traite.

On va suivre l'histoire de Célie, une jeune fille noire qui a une vie difficile, qui n'a jamais son mot à dire, et subira de tous les côtés. Très croyante, elle écrit des lettres à Dieu. Elle ne cherche pas vraiment à améliorer son sort, elle y est plutôt résignée.
Ce sont les autres femmes du romans qui vont la secouer, lui ouvrir les yeux.
Petit à petit, on verra alors Célie sortir de sa coquille, évoluée. On lui offrira la possibilité de devenir autre chose et elle la saisira.

C'est un roman parfois difficile. Parce que Célie n'a vraiment pas une vie facile. Balottée d'un homme à l'autre, violée plus que contrainte par les "voeux du mariage", la pauvre est la bonne sur laquelle on tape...
Mais elle est courageuse et ne baisse pas les bras. Découvrira même l'amour grâce à Shug, une jeune femme. De cette amour naitra une autre vision du monde et de sa vie. C'est grâce à cette jeune femme exhubérante, et choquante pour la société, que la vie et le monde de Célie évoluront dans le bon sens.

L'histoire de Nettie m'a un peu moins touchée. Plus "lisse", j'ai moins adhérée. Nettie souffre vlairement moins que sa soeur. Elle est plus moderne en quelque sorte, plus encline à s'ouvrir au monde et à ne pas être une victime.
De plus, Nettie va apporter un côté "conte de fée" à l'histoire qui est certes mignon, mais ne m'a pas convaincue outre mesure.

J'ai appris que ce roman avait été adapté en film, mais j'ignore comment l'atmosphère et le caractère de ces femmes a été rendu à l'écran.
Je vous recommande vraiment cette lecture.
Rapide, rien d’écœurant à lire, un "simple" témoignage brut de sincérité.

Infos :
  • La Couleur Pourpre (The Color Purple)
  • Alice Walker
  • J'ai Lu (octobre 1999)
  • 251 pages
  • pour le moment uniquement disponible d'occasion
  • Fiche
Autres Couvertures :
Challenge(s) :
roman épistolaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Voir aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...