lundi 24 février 2020

Le Prieuré de l'Oranger - Samantha Shannon



Quatrième de Couverture :
Un monde divisé.
Un reinaume sans héritière.
Un ancien ennemi s'éveille.


La maison Berethnet règne sur l'Inys depuis près de mille ans. La reine Sabran IX qui rechigne à se marier doit absolument donner naissance à une héritière pour protéger son reinaume de la destruction, mais des assassins se rapprochent d'elle...

Ead Duryan est une marginale à la cour. Servante de la reine en apparence, elle appartient à une société secrète de mages. Sa mission est de protéger Sabran à tout prix, même si l'usage d'une magie interdite s'impose pour cela.

De l'autre côté de l'Abysse, Tané s'est entraînée toute sa vie pour devenir une dragonnière et chevaucher les plus impressionnantes créatures que le monde ait connues. Elle va cependant devoir faire un choix qui pourrait bouleverser son existence.

Pendant que l'Est et l'Ouest continuent de se diviser un peu plus chaque jour, les sombres forces du chaos s'éveillent d'un long sommeil... Bientôt, l'humanité devra s'unir si elle veut survivre à la plus grande des menaces.
Note :
♣♣♣♣
Avis :
Voici un roman que j'ai hésité à commencer, mais que j'ai fini par adorer !
Je connaissais l'auteur pour son premier tome d'une série parue chez J'ai Lu (mais arrêtée au tome 1...) qui m'avait conquise. J'étais donc plutôt confiante au départ.

Le début est étourdissant, car nous débutons tout de suite par sauter d'un personnage à l'autre. Certains personnages sont immédiatement dans l'action comme Tané, alors que d'autres sont encore dans l'observation comme Ead.
Il y a vraiment beaucoup de point de vue (certains masculins d'autres non) et c'est un peu difficile au début de resituer chaque personnage. Ils vivent dans une partie du monde bien distincte avec des caractéristiques très marquées (ex. l'un va honorer les dragons, l'autre les considère comme à abattre à vue). Mais petit à petit, on voit se dessiner la trame qui les unis et il est moins difficile de passer de l'un à l'autre.

L'histoire prend son temps pour se construire - ce dont on peut se douter en voyant ce beau pavé.
Pourtant, il n'y a pas de lassitude. En effet, le début est très lent mais pas exempt d'action ou de révélation pour autant. L'auteur réussit à équilibrer son effet. L'action démarre lentement, une fois que tous les personnages sont en places.
A partir de là, le rythme s'accélère jusqu'au bouquet final.
Cette fin, paradoxalement, m'a parue trop rapide. Les choses ont pris leur temps jusque là et j'ai été un peu sur ma fin que ça se termine si vite.
Ne nous méprenons pas, la bataille finale est très cohérente avec le reste de l'univers et n'aurait pas pu s'étaler sur des jours. On comprend bien cette espèce d'urgence où chacun tente de jouter son coup avant les autres. Peut-être est-ce parce que je ne voulais pas terminer cette histoire.

L'auteur a construit un monde multiple, complexe. On n'en explore véritablement qu'une toute petite partie, le reste est survolé. C'est d'ailleurs un peu dommage même si ce ne sont pas des acteurs ayant un rôle important dans le récit qui aurait été mis de côté.
On va principalement voir le reinaume de l'Inys, le Prieuré qui lui est rattaché (plus ou moins) et les aventures de Tané de l'autre côté de la carte (et même là, de manière superficielle).
Malgré cette petite frustration, on s'immerge assez bien dans ce monde et on suit avec plaisir l'auteur nous guider au travers de cette fresque.

Côté personnage, nous en avons de toutes sortes, même si leur trait de caractère principal semble être une sorte d'honneur chevaleresque. Une volonté de faire le bien, même de manière égoïste (car Tané sait qu'elle est faites pour être une protectrice de son pays). Il y a bien quelques antagonistes mais ils sont mêlés aux personnages secondaires.
Vus le nombre de personnages "de premier plan" on comprend que les autres restent un peu retrait.
Mon regret étant que même si j'ai fini par être passionnée par ce roman, même si, une fois fini ma lecture, mon esprit y est resté pendant quelques jours, je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher aux personnages.

Je m'explique : les personnages sont complexes et se découvrent petit à petit. Un personnage au premier abord détestable se révèle finalement plus attachant que prévu par exemple. Pourtant, lorsqu'il y a des décès... j'y suis restée assez insensible. Je n'ai pas eu de larmes aux yeux comme dans d'autres livres. Même si on avait perdu un personnage vraiment majeur, je doute d'avoir été plus touchée. C'est dommage car à côté de cela, c'était vraiment une fresque captivante.

Au final ce roman se savoure et s'apprécie de la même manière que le déroulé de son intrigue : doucement, prenant son temps et accélérant les choses à la fin.
Une fresque envoûtante, une excellente lecture. Bref, je recommande !

Infos :
  • Le Prieuré de l'Oranger (The Priory of the Orange Tree)
  • Samantha Shannon
  • De Saxus (octobre 2019)
  • 1024 pages (version reliée)
  • 29.90 € (relié) - 24.90 € (broché) - 14.99 € (numérique)
  • Fiche Goodreads
  • Commander sur Amazon : Relié - Broché
  • Télécharger le fichier Kindle

jeudi 2 janvier 2020

[My Year in Books] - 2019


L'année 2019 s'étant terminée, il est temps de jeter un oeil sur ce que me dit Goodreads de mes lectures !

Globalement c'est plutôt pas mal ! Plus de 30 000 pages, je n'y croyais pas !


Cette année se caractérise particulièrement par l'ajout de quelques lectures "enfants". Car mes deux loustics sont de grands amateurs de livres, et j'aime donc découvrir de nouveaux titres avec eux.

Il y a également un nombre non négligeable de bandes dessinées. J'en ai toujours lu un peu, mais depuis cette année nous sommes tous inscrits à la médiathèque. J'en profite donc pour lire pas mal de BD. 
Et tenter de comprendre pourquoi mes élèves sont fans des "Légendaires" !

J'ai pu lire en anglais (12 titres) et terminer quelques séries comme Alex Craft. J'aurai également découvert Oren Miller et ses héros : Evariste & Isabeau dont j'ai dévoré les aventures !

J'espère continuer au minimum sur cette lancée pour l'an prochain. 

Bonne année à tous ! 


Je vous laisse avec quelques unes des lectures qui m'auront le plus agréablement surprise (je ne tiens pas compte des valeurs sures, mais des livres qui auront su me convaincre sans que je sois séduite par avance)


lundi 9 décembre 2019

[Blog Tour] Verity Long #1 : Esprits du Sud - Angie Fox

Voici un nouveau blog tour !!
 Et après l'extrait de samedi dernier, je vous propose mon avis sur cette histoire !

Et comme souvent avec Meliane, une petite surprise à la fin de l'article ;)


Quatrième de Couverture :
Rien ne va plus pour Verity Long : elle est au chômage, son ex petit ami lui rend la vie impossible, et elle est couverte de dettes. En plus, elle découvre un fantôme dans sa maison, qui lui ouvre la porte du monde des esprits : elle peut désormais les voir et leur parler. Son univers déjà bancal, est complètement bouleversé. Et comme si ça ne suffisait pas, c’est le moment que choisit Ellis Wydell, le frère de son ex, pour frapper à sa porte et lui proposer un job très spécial. Ce policier musclé déteste Verity. Mais elle a besoin d’argent et il lui fait une offre qu’elle ne peut pas se permettre de refuser.
Ellis possède une magnifique propriété chargée d’histoire et hantée par d’anciens habitants du coin. Certains d'entre eux sont de plus en plus agités et destructeurs. Il veut que Verity mette fin à ce chaos. Très vite, elle découvre que cette affaire va au-delà d’une simple histoire de fantômes : derrière tout ça se cache un mystère bien ancré dans le présent et lié à un meurtre vieux de plusieurs décennies.
Verity va devoir mener de front une enquête dans le monde des vivants et dans celui des morts. Avec en plus, un tueur aux basques et un ex beau-frère bien trop sexy !
Avis :

Voici une histoire comme on en a assez peu par chez nous : une histoire de fantôme dans le genre "cosy mystery". On a en effet une histoire assez légère avec une héroïne enjouée et un petit mystère à résoudre. 

samedi 7 décembre 2019

[Blog Tour] Esprits du Sud


Extrait :


Un spectre scintillait juste devant moi. Il apparut en noir et blanc, mais je pouvais voir à travers lui. Enfin presque. Il portait une veste de costume à rayures des années 20, un pantalon à revers assorti et une grosse cravate. Sa poitrine se trouvait au niveau de mes yeux, ce qui le rendait anormalement grand.

dimanche 3 novembre 2019

Red, White & Royal Blue - Casey McQuiston (VO)



Quatrième de Couverture :
A big-hearted romantic comedy in which the First Son falls in love with the Prince of Wales after an incident of international proportions forces them to pretend to be best friends...

First Son Alex Claremont-Diaz is the closest thing to a prince this side of the Atlantic. With his intrepid sister and the Veep’s genius granddaughter, they’re the White House Trio, a beautiful millennial marketing strategy for his mother, President Ellen Claremont. International socialite duties do have downsides—namely, when photos of a confrontation with his longtime nemesis Prince Henry at a royal wedding leak to the tabloids and threaten American/British relations.

The plan for damage control: staging a fake friendship between the First Son and the Prince. Alex is busy enough handling his mother’s bloodthirsty opponents and his own political ambitions without an uptight royal slowing him down. But beneath Henry’s Prince Charming veneer, there’s a soft-hearted eccentric with a dry sense of humor and more than one ghost haunting him.

As President Claremont kicks off her reelection bid, Alex finds himself hurtling into a secret relationship with Henry that could derail the campaign and upend two nations. And Henry throws everything into question for Alex, an impulsive, charming guy who thought he knew everything: What is worth the sacrifice? How do you do all the good you can do? And, most importantly, how will history remember you?
Note :
♣♣♣♣
Avis :
Je lis encore peu de romance et encore moins de romance M/M (je crois que ça se compte sur les doigts d'une main). Sans avoir d'idée pré-conçues, ce n'est simplement pas un genre qui m'attire particulièrement. Pourtant, je dois avouer avec adoré cette histoire !

Le cadre tout d'abord. On est dans un univers contemporain très réaliste : c'est notre réalité, aujourd'hui, avec les réactions et les technologies que l'on peut avoir tout autour de nous.
Dans cet univers, l'auteur a décidé de s'intéressé à deux éléments politique/géographique qui déchaînent l'essentiel des passions : la famille royale britannique et la présidence américaine.
D'un côté, nous avons une femme qui a été élue présidente des USA. Mais pas n'importe quelle femme : divorcée, latino-américaine venant du Texas, c'est un personnage qui en a "beaucoup" à gérer, mais cela aura son importance pour l'histoire alors admettons.
De l'autre nous avons une famille royale assez classique, sauf que l'héritière du trône a épousé un roturier (jusque là on suit) qui se trouve être un acteur célèbre (007 ça vous dit quelque chose ?). Cet acteur est décédé, laissant derrière lui trois enfants dans la ligne de succession.

Les personnages à présent.
A ma gauche : l'enfant chéri de l'Amérique. Alex est le fils de la présidente et a dédié sa vie à une carrière politique. Il veut améliorer les choses et se concentre entièrement à sa tache, profitant de la position de ses parents pour apprendre. Sa sœur June est également très appréciée des américains et de la presse, avec un talent pour l'écriture. Le troisième membre du trio étant Nora, une-presque-sœur gravitant dans les mêmes sphères.
A ma droite : Henry. Extrêmement réservé, distant au premier abord dans un style très "britsh" et "royal" il a pour meilleur ami Pez, aussi extravagant qu'Henry est calme. Bea sa soeur, ex-toxico -  et un frère, Phillip, qui est obnubilé par l'héritage familial (pas monétaire, mais en terme d'attente et d'image extérieur).

De part leurs positions politiques respectives, toutes ces personnes se connaissent et se fréquentent. Fêtes, événements importants, réunion politique, ils se croisent et se recroisent, partageant une enfance particulière et très médiatisée.
Mais Alex ne supporte pas Henry qu'il trouve hautain. Jusqu'au jour où...
Jusqu'au jour où ils vont provoquer un désastre et être contraint de jouer un rôle face à la presse pour se faire pardonner.
Mais cette amitié factice va les contraindre à se dévoiler, à se connaître un peu plus l'un l'autre. Ces six jeunes gens vont peu à peu devenir proche, de véritables amis qui font la fête et partagent leurs opinions sur la politique. Jusqu'au jour où...

Jusqu'au moment où Alex réalise qu'il est bi-sexuel et qu'il est amoureux d'Henry. Alors, en dépit de tous les risques, ils vont entamer une liaison. D'abord secrète, leur entourage sera peu à peu au courant de leur histoire. Et s'ils sont soutenus de manières générale (même si la mère d'Alex, en pleine campagne de réélection, lui demande de démissionner, et que la Reine, la grand-mère d'Henry lui demande de rester caché).
Les deux jeunes hommes vont apprendre à laisser tomber les barrières, à se dévoiler encore plus l'un à l'autre, et au lecture. A travers les yeux d'Alex, on découvre leur quotidien, les petites influences et les enjeux d'une telle relation.
On les voit sous deux aspects : dans la vie, sur la façon dont ils doivent se comporter, en public comme en privé. Mais surtout dans leurs échanges. En particuliers dans leurs courriers : on est alors dans leur tête. On partage leur intimité et l'auteur les rend plus réels, plus fragiles, plus touchants. Plus profond quelque part. (et bigrement cultivés !)

Jusqu'au jour où la réalité les rattrape... Cela ne pouvait pas durer et il était évident qu'un jour il faudrait dévoiler la vérité au monde. Ce Grand Moment de Vérité leur sera imposé.
Certes, ce plot twist est un peu facile à l'heure actuelle, mais efficace et malheureusement encore trop...réaliste. Banal ? Peut être, mais on ne peut nier que même aujourd'hui faire son coming-out n'est pas chose aisée, en particulier lorsqu'on est sous le feux des medias.


Si j'ai beaucoup aimé le début de cette histoire, où on découvre les différents personnages, leurs personnalités mais également comment ils vivent la politique et les campagnes de réélections/les relations à la presse, j'avais un peu moins aimé le milieu romantique du roman.
Si Alex et Henry sont vraiment adorables, leur relation est belle mais n'avait pas la même saveur que le premier ou le dernier tiers du roman.
Car ce que j'ai préféré, c'est bien la fin. Ce moment où il faut affronter la vérité et le regard du monde. Car dans leur monde, sous les projecteurs, une relation n'est jamais anodine. Alors une relation pareille ne pouvait que faire des remous. J'ai aimé voir comme ils affrontaient cela. Comment leur entourage réagissait.
J'aurai aimé que cette partie soit un peu plus longue, qu'on voit un peu plus l'importance de la politique et les différentes répercussions, mais qu'importe.
On achève l'histoire sur les résultats de l'élection américaine et avec un grand sourire aux lèvres.

C'est une belle romance, avec des personnages attachants et un univers original qui aura su me convaincre.
A lire !


A great read.
I must admit, I'm not a big fan about M/M Romances, but this one was ok.
Alex and Henry were very cute, very charming characters. The reader only could love them and wants to know more about them, their lives and their common (?) future.
The politic background seduces me all the same. I love the idea of two "First Son" and their lives are more about country politic than romance. Alex is very dedicated to his career as Henry is loyal to his family's wish.
I really like the election campaign and Alex's implication into. I mean, I'm not so interested in US politic, but this fiction one was very entertaining.
Their friends are interesting too, because even if they are second role they are complex and fun. Less exposure doesn't mean less interesting.
All of this made a great book.
I love characters, background, plots and most of all the end.
The last part of the book was the best one for me. 

Infos :
  • Red, White & Royal Blue
  • Casey McQuiston
  • St. Martin's Griffin (14 mai 2019)
  • 425 pages
  • M/M Contemporary Romance / New Adult
  • Fiche Goodreads
  • Commander sur Amazon en papier
  • Télécharger le livre audio
  • Télécharger le fichier Kindle

vendredi 1 novembre 2019

[Melting Pot] #4 - Des cases et des bulles (4)

Astérix T.37 : Astérix et la Transitalique

Nouvel album sous la plume du nouveau duo de parents du gaulois moustachu.
Tout d'abord, je trouve un peu dommage que leurs noms soient aussi petits sur la couverture. OK ils ne les ont pas créé, mais tout de même.
Ensuite, mettre Astérix autant en avant alors que c'est Obélix qui participe... c'est bête mais j'aurai préféré un titre plus neutre comme "la Transitalique".
Bref, côté dessin je n'ai rien à redire de particulier, Didier Conrad a bien réussi à s'approprier l'univers. Et malgré de légères variations ici et là, on retrouve aisément l'univers si cher à notre enfance. Les couleurs sont également adaptées.
Passons maintenant au scénario. J'ai bien sur pensé au "Tour de Gaule" pour l'aspect voyage avec étapes. Toutefois, je me suis ennuyée. J'ai été déçu de cet opus qui n'aura pas réussi à me séduire, je n'ai pas adhéré aux petites blagues et les références contemporaines sont trop grossières et maladroites pour moi. Le précédent, bien que plus fourni à ce niveau, était plus subtil je trouve.
En bref, une petite déception pour ma part.


Les Petits Mythos T.1 : Foudre à gratter

J'adore la mythologie, c'est pourquoi j'ai emprunté cette BD à la bibliothèque. 
Pour être tout à fait honnête, c'est le genre d'album que j'emprunterai volontiers mais pas que j'achèterai pour moi-même. 
Je passe un bon moment, je souris, je savoure une lecture légère et plutôt distrayante, mais ça manque un peu de consistance pour mon goût. 
C'est un ensemble de gag, parfois un peu faciles. C'est donc tout à fait adapté pour rire, se détendre, mais sans plus. 
Pour le contexte, on découvre les personnages de la mythologie grecque avant qu'ils ne deviennent des monstres, des dieux ou des héros. C'est amusant de voir leurs interactions en tant qu'enfants/ado. Bien qu'on soit loin d'une pseudo-réalité historique (on parle tout de même de mythologie), on s'amuse et je n'en demande pas plus à cette BD que j'emprunte très volontiers.


Les Petits Mythos T.2 : Le Grand Icare

Dans ce second tome ont poursuit les gags, mais en introduisant ici Icare qui cherche désespérément à voler. Toujours distrayant.


L'agent 212 T.4 : Voie sans Issue

J'ai découvert l'agent 212 il y a des années, quand j'était petite fille et que ma mère m'offrait les "Spirou" de vacances. J'ai beaucoup aimé découvrir les aventures loufoque de ce policier pas comme les autres. 
C'est la première fois que je lis un album complet de lui. 
Dans ce tome 4, il y a une grande histoire qui prend environ la moitié de l'album. Cela m'a paru étrange car je ne connaissais le personnage qu'à travers des strips d'une page. 
Mais j'ai retrouvé avec plaisir cet agent à nul autre pareil.





La Cantoche T.1 : Premier service

J'ai découvert Nob pour sa série Dad mais j'étais très curieuse de découvrir ses autres travaux.
Je suis tombée sur le premier tome de La Cantoche à la médiathèque et j'ai sauté dessus. 
J'ai découvert avec bonheur des petits strips, de quelques cases seulement, mais délicieux !

On retrouve sans hésitation la patte de l'illustrateur, ses choix de couleurs et de traits, et cela sert parfaitement le scénario. 
Les enfants connaissent la cantine, même ceux qui mangent à la maison. La cantine est un lieu incontournable de
l'école, et quand on y est pas, on y pense quand même ! 

La Cantoche T.2 : Les goûts et les couleurs

Avec un chef cuistot (qui ressemble à s'y méprendre à Dad) qui semble avoir une passion pour les épinards mais pas grand talent pour la partager, les élèves découvrent les joies de la nutrition. 
Entre bataille de nourriture, maladresse, échange, partage, comparaison, souvenirs et autres, on plonge avec bonheur dans cette univers chaleureux et plein de rires. 

N'hésitant pas à aborder les petits désagréments (comme les rots en plein cours) et la passion des élèves pour les frites et la pizza, l'auteur nous offre une petite bouffée d'oxygène. 


La Cantoche T.3 : A consommer sans modération

Une petite série de BD qui plaira à la fois aux petits (à partir de 7 ans environ) mais également aux plus grandx. 

Cette BD est également la preuve qu'on peut faire une BD à destination des plus jeunes sans les prendre pour des idiots.

Voir aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...