mardi 4 juillet 2017

Hard Ink T.3 : Un mâle pour un bien - Laura Kaye



Quatrième de Couverture :
Derek DiMarzio est missionné pour rétablir l'honneur des anciens membres de son unité des forces spéciales, plongés injustement en disgrâce. Mais sa rencontre avec Emilie Garza va le retarder dans sa tâche. Ressentant une connexion autant physique qu'émotionnelle, Derek sait que la jeune femme s'inquiète pour son frère que la guerre a totalement transformé. Alors que Derek comprend peu à peu le lien qui unit le frère d'Emilie à sa mission, il doit faire face à un choix. Certaines décisions sont difficiles à prendre, mais cela peut-être un « mâle pour un bien »...
Note :
♣♣♣♣♣
Avis :
Troisième épisode des aventures des survivants disgraciés.
Nous nous intéressons cette fois à Derek "Marz" DiMarzio. Amputé d'une partie de sa jambe, il a du mal à gérer le regard que les autres portent sur lui. Il s'est toujours battu pour se débrouiller seul et vit mal que ses amis proches puissent le voir comme une faiblesse.

Au cours de leur enquête, Marz et ses amis vont espionner la soeur de leur cible : Emilie. Ils doivent déterminer l'implication de la jeune femme et essayer de se servir d'elle pour capturer et interroger son frère.
Mais alors que Marz se charge de la mission, ses sentiments rendent les mensonges insupportables.

La construction de l'histoire est vraiment classique et prévisible. La particularité vient du fait que l'auteur tarde à "conclure" entre les personnages. Il vous faudra attendre le dernier quart du roman, mais rassurez-vous, l'auteur se lâche et vous en offre plusieurs pages.

Il y a pas mal de réflexions de la part des personnages sur la vie et leur "droit à l'amour" mais également à la famille. Cela va pas mal prendre le pas sur l'intrigue, qui réussit malgré tout à avancer.
J'aimais la toile de fond de cette série. La romance étant alors pour moi totalement accessoire, je veux connaître le fin mot de l'histoire.

Mais dans cet épisode, malgré des révélations plutôt fracassantes, j'ai trouvé que l'auteur s'éparpillait. Elle a du mal à présenter clairement ses avancées et leurs significations. De plus, comme ces dernières sont tardives, elle a peu de pages pour développer.
Presque tout le roman fait du sur place.
Manny se cache, le petit groupe réfléchi à un réaménagement de Hard Ink et Marz essaye de composer avec ses sentiments.

Côté forme, j'ai eu un peu de mal au début. Pour éviter de se répéter, l'auteur alterne entre "Derek" et "Marz" pour désigner son personnage. J'ai même fini par avoir l'impression qu'il y avait deux personnages !

Au final c'est un tome riche, mais un peu brouillon sur la fin.
La romance est classique mais mignonne. 

Infos :
Autres Tomes :
Autres Couvertures :

dimanche 2 juillet 2017

[News] - [Couvertures] - [VO] Juillet 2017 by ATUF


Source : All Things Urban Fantasy

23 Adult Titles Releasing in July

John Layman
Tony Chu is a detective with a secret. A weird secret. Tony Chu is Cibopathic, which means he gets psychic impressions from whatever he eats. It also means he’s a hell of a detective, as long as he doesn’t mind nibbling on the corpse of a murder victim to figure out whodunit, and why. He’s been brought on by the Special Crimes Division of the FDA, the most powerful law enforcement agency on the planet, to investigate their strangest, sickest, and most bizarre cases.
Presenting the third and final CHEW Smorgasbord, a massive, deluxe hardcover featuring the final 20 issues New York Times Best Selling, Harvey and multiple Eisner Award-winning series about cops, crooks, cooks, cannibals, and clairvoyants. Enemies are confronted, mysteries are solved, and the body count rises, so very, very high.
Also included are the blockbuster one-shots featuring everybody’s favorite homicidal rooster, WARRIOR CHICKEN POYO, DEMON CHICKEN POYO, and the dual crossover event, CHEW/REVIVAL and REVIVAL/CHEW.

Brad Abraham

Magicians Impossible is a mind-bending page-turner! A brilliant and unique mash-up of spells, myth and mayhem, once it got its claws in me I couldn’t put it down. Like a veteran stage magician, Brad Abraham has created a hip thriller that turns convention on its ear with misdirection and mayhem. A must read for enthusiasts of edgy and extreme fiction.” ?Don Coscarelli, director of John Dies At The End
Twenty-something bartender Jason Bishop’s world is shattered when his estranged father commits suicide, but the greater shock comes when he learns his father was a secret agent in the employ of the Invisible Hand; an ancient society of spies wielding magic in a centuries-spanning war. Now the Golden Dawn; the shadowy cabal of witches and warlocks responsible for Daniel Bishop’s murder, and the death of Jason’s mother years before, have Jason in their sights. His survival will depend on mastering his own dormant magic abilities; provided he makes it through the training.
From New York, to Paris, to world between worlds, Jason’s journey through the realm of magic will be fraught with peril. But with enemies and allies on both sides of this war, whom can he trust? The Invisible Hand, who’ve been more of a family than his own family ever was? The Golden Dawn, who may know the secrets behind his mysterious lineage? For Jason Bishop, only one thing is for certain; the magic he has slowly been mastering is telling him not to trust anybody.

Sophie H. Morgan


He’s a genie. She’s a mortal.
He’s a flirt. She’s definitely-certainly-absolutely done with charming men.
What happens when this playboy runs across the one woman who doesn’t fall under his spell?
Magic of course.
Hailey has been given the chance of her career. All she has to do is plan and execute the perfect society wedding and she’ll get the promotion she’s been working towards. Too bad the groom is her ex-boyfriend. Ryder hates seeing a damsel in distress and with a little genie magic is determined to make the sexy Miss Hailey have a little bit of fun. All she has to do is follow his lead and she’ll get everything she’s ever wished for.

Heather Graham

The witches, they are real… 
A series of bizarre assaults is mystifying Boston police—an unknown attacker is viciously beating random strangers and leaving a note quoting an old warning about witchcraft. History professor Alex Maple was one of the victims, and now he’s gone missing. Vickie Preston is certain that someone has taken her friend for malicious purposes. She’s having blood-drenched visions that seem to be staining her waking life, and the escalating attacks suggest that a dangerous cult is at work behind the scenes—a cult so powerful that its members would rather die than be apprehended. 
Vickie is grateful to have Special Agent Griffin Pryce and the FBI’s elite Krewe of Hunters on her side. She and Griffin are finding their way in an increasingly passionate relationship, and Griffin is desperately trying to keep her safe and the two of them sane amid the disturbing investigation. The search for Alex will take them deep into the wilderness of Massachusetts on the trail of a serial killer, and it will take everything they have to survive the ancient evil that awakens and threatens not just the man they’re striving to save but their very souls.

Sarah Kuhn
Asian-American superheroines Evie Tanaka and Aveda Jupiter protect San Francisco from perilous threats in the second book in Sarah Kuhn’s snarky and smart fantasy trilogy • “The superheroine we’ve been waiting for.” Seanan McGuire
Once upon a time, Aveda Jupiter (aka Annie Chang) was demon-infested San Francisco’s most beloved superheroine, a beacon of hope and strength and really awesome outfits. But all that changed the day she agreed to share the spotlight with her best friend and former assistant Evie Tanaka—who’s now a badass, fire-wielding superheroine in her own right.  They were supposed to be a dynamic duo, but more and more, Aveda finds herself shoved into the sidekick role. Where, it must be said, she is not at all comfortable.
It doesn’t help that Aveda’s finally being forced to deal with fallout from her diva behavior—and the fact that she’s been a less than stellar friend to Evie. Or that Scott Cameron—the man Aveda’s loved for nearly a decade—is suddenly giving her the cold shoulder after what seemed to be some promising steps toward friendship. Or that the city has been demon-free for three months in the wake of Evie and Aveda’s apocalypse-preventing battle against the evil forces of the Otherworld, leaving Aveda without the one thing she craves most in life: a mission.
All of this is causing Aveda’s burning sense of heroic purpose—the thing that’s guided her all these years—to falter.
In short, Aveda Jupiter is having an identity crisis.
When Evie gets engaged and drafts Aveda as her maid-of-honor, Aveda finally sees a chance to reclaim her sense of self and sets out on a single-minded mission to make sure Evie has the most epic wedding ever. But when a mysterious, unseen supernatural evil rises up and starts attacking brides-to-be, Aveda must summon both her superheroine and best friend mojo to take down the enemy and make sure Evie’s wedding goes off without a hitch—or see both her city and her most important friendship destroyed forever.

Carrie Vaughn
A mysterious murder in a dystopian future leads a novice investigator to question what she’s learned about the foundation of her population-controlled society.
Decades after economic and environmental collapse destroys much of civilization in the United States, the Coast Road region isn’t just surviving but thriving by some accounts, building something new on the ruins of what came before. A culture of population control has developed in which people, organized into households, must earn the children they bear by proving they can take care of them and are awarded symbolic banners to demonstrate this privilege. In the meantime, birth control is mandatory.

Enid of Haven is an Investigator, called on to mediate disputes and examine transgressions against the community. She’s young for the job and hasn’t yet handled a serious case. Now, though, a suspicious death requires her attention. The victim was an outcast, but might someone have taken dislike a step further and murdered him?

In a world defined by the disasters that happened a century before, the past is always present. But this investigation may reveal the cracks in Enid’s world and make her question what she really stands for.

E J Russell

Temp worker David Evans has been dreaming of Dr. Alun Kendrick ever since that one transcription job for him, because holy cats, that voice. Swoon. So when his agency offers him a position as Dr. Kendrick’s temporary office manager, David neglects to mention that he’s been permanently banished from offices. Because, forgiveness? Way easier than permission.
Alun Kendrick, former Queen’s Champion of Faerie’s Seelie Court, takes his job as a psychologist for Portland’s supernatural population extremely seriously. Secrecy is paramount: no non-supe can know of their existence. So when a gods-bedamned human shows up to replace his office manager, he intends to send the man packing. It shouldn’t be difficult–in the two hundred years since he was cursed, no human has ever failed to run screaming from his hideous face.
But cheeky David isn’t intimidated, and despite himself, Alun is drawn to David in a way that can only spell disaster: when fae consort with humans, it neverends well. And if the human has secrets of his own? The disaster might be greater than either of them could ever imagine.

vendredi 30 juin 2017

Shades of MAgic T.1 : Shades of Magic - V.E. Schwab



Quatrième de Couverture :
Kell est le dernier des Visiteurs, des magiciens capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est le centre à chaque fois. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge, et on y respire le merveilleux avec chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : les sortilèges s’y font si rares qu’on s’y coupe la gorge pour voler la moindre incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui s’y est répandue quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui.
Depuis cette contagion, il est interdit de transporter un objet d’un monde à l’autre. C’est pourtant ce que va faire Kell, un chien fou tout juste sorti de l’adolescence, pour défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, et le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait pourtant sa vie sans hésiter. Et un jour, il commet l’irréparable : il passe une pierre noire comme la nuit dans le Londres gris où une jeune fille du nom de Lila la lui subtilise.
Mais la magie n’attire jamais à elle personne par hasard ! 
Note :
♣♣♣♣
Avis :
Voici un roman qui aura su m'intriguer !

Tout d'abord j'en ai beaucoup entendu parler... mais en anglais ! J'avais même fini par l'acheter en profitant d'une offre à prix tout doux sur le format numérique, mais Lumen est passé par là.
Il faut dire que j'ai été initialement un peu désarçonnée. En effet, la couverture originale laisse entendre que l'on aura un roman plus "mature" que du young-adult. Mais il est pourtant marketé par la ME française comme du YA à partir de 14 ans - et la couverture est à l'avenant.
Cette couverture est belle, mais en dévoile sur l'intrigue tandis que la couverture VO laisse planer plus de mystère - et n'est pas sans rappeler la série de Ben Aaronovitch : Le dernier apprenti-sorcier

Côté contenu, l'autre s'est offert le luxe d'un premier roman très solide. En effet, le monde et la mythologie associé sont bien pensé, bien décrit et on devine que l'auteur a bien tout en tête. L'intrigue sera également très bien menée, avec un rythme allant crescendo au fur et à mesure que l'on se familiarise avec les mondes et les personnages.
Bien sûr certaines choses se devinent assez aisément et on peut avoir de fort soupçons sur des révélations futures, mais néanmoins l'auteur réussit à conserver une action rythmée et plaisante à suivre.

Les personnages ne sont finalement pas très nombreux et assez peu décrit. Juste assez pour qu'on les imagine, qu'on connaisse - ou devine - leurs caractères et qu'on puisse prédire leurs actions. Cela limite un peu l'imagination du lecteur mais cela reste déjà une belle prouesse.
Kell et Lila sont des héros intéressants car ils se distinguent des autres du genre.
Ils ne sont pas en apprentissages, ne sont pas des anti-héros ou des héros-malgré-eux et ils ne sont pas "prédestinés" à de grandes choses. Agréable !

Kell est assez difficile à cerner car il semble extrêmement puissant et en même temps faible, tributaire de beaucoup de chose, presque esclave des circonstances disons.
Lila est bien plus agréable car vive, déterminée, maligne et courageuse.

J'ai eu un petit coup de mou en cours de roman car entre la fin de la présentation et le début des actions, j'ai trouvé quelques longueurs. Pourtant l'auteur m'a bien vite raccroché et les choses se sont même accélérées.
La fin peut avoir un petit côté deus ex machina mais... je pense que l'auteur nous réserve des surprises.

En effet, on devine que ce roman aurait pu en rester là. L'auteur s'est lancé des pistes pour écrire une suite (ce qui a été fait) mais que cette histoire aurait pu ne pas avoir de tome 2 sans frustrer le lecteur. C'est vraiment bien joué.

En bref, une histoire de young-adult que l'on peut lire même adulte, avec un monde vraiment original et bien tenu, une intrigue bien menée et terminée, tout en vous assurant de retrouver tout ce petit monde dans le tome 2.

A lire !

Infos :
Autres Couvertures :
Challenge(s) :

jeudi 29 juin 2017

Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens - Becky Albertalli



Quatrième de Couverture :
Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il « rencontre » Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui sinon qu'ils fréquentent le même lycée. Simon commence à être raide dingue de Blue mais cela reste secret. Jusqu'au jour où il commet l'erreur monumentale de laisser ouverte sa session sur l’ordi du lycée. Martin, un de ses camarades de classe, lit ses emails et menace de tout révéler.
Note :
♣♣♣♣
Avis :
Voici un roman que j’avais hâte de lire. Et je n’ai pas été déçue !!
C’est un roman qui nous parle de l’homosexualité et de la difficulté que peut traverser un jeune faisant son coming-out (volontairement ou non).

L’auteur a choisi une situation relativement heureuse. Car même si Simon souffre de cette situation, le chantage et les conséquences de ce chantage, il a des amis et de la famille sur qui il peut compter. Il se cache même auprès d’eux. Mais Simon accepte et vit plutôt bien sa sexualité. Il ne le crie pas sur tous les toits et n’en a jamais parlé auprès de ses proches.

L’histoire n’est pas conçue comme un suspens. Il n’y a pas de grands rebondissements, pas de drames ou autre. Au contraire, c’est un roman feel-good que je pourrai qualifier « d’humeur égale ». On suit la vie d’un adolescent comme il en existe des milliers. Qu’ils soient homosexuels ou non, Simon représente l’archétype de la majorité des lycéens de nos pays occidentaux.
Mais l’auteur s’est intéressé à la sexualité. Car aujourd’hui encore, l’homosexualité n’est pas acceptée facilement. Même si votre famille, ou vos amis, ou vous-même, l’acceptez, il y a TOUJOURS quelqu’un pour en faire tout un plat.

Mais ici, je trouve le personnage plein d’espoir. En effet, Simon le vit très bien. Enfin, aussi bien que possible. C’est un garçon équilibré et qui a des soutiens. Je trouve que c’est vraiment une histoire à recommander à tous nos adolescents. Qu’ils soient ou non homosexuels, ce roman rappelle que nous sommes tous les mêmes. Nous ne nous définissons pas par notre orientation sexuelle.

Le ton est vraiment agréable, car même si nous suivons les doutes du personnage, il n’y a pas de morosité. Il y a même une certaine légèreté bien plaisante. J’aurai aimé que les personnages secondaires soient un peu plus développés et mis en avant mais bon. Cela reste l’histoire de Simon.

En tout cas j’espère que j’aurai l’occasion de lire d’autres romans de l’auteur sur cette période. Je trouve que c’est vraiment bien et qu’il faut plus de livres comme cela dans nos rayonnages.
Bref, lisez-le !


Infos :
Autres Couvertures :

Challenge(s) :

mercredi 28 juin 2017

Chicagoland Vampires / Les Vampires de Chicago T.13 : Blade Bound / Demain ne mord jamais - Chloe Neill (VO)



Quatrième de Couverture VO :
The thrilling final installment of Chloe Neill’s New York Times bestselling urban fantasy series sees a sinister sorcery advancing across Chicago, and it may usher in the fall of Cadogan House… 

Since the night of her brutal attack and unwilling transformation to vampire, Merit’s stood as Sentinel and protector of Chicago’s Cadogan House. She's saved the Windy City from the forces of darkness time and again with her liege and lover, Ethan Sullivan, by her side.

When the House is infiltrated and Merit is attacked by a vampire seemingly under the sway of dark magic, Merit and Ethan realize the danger is closer than they could have ever imagined. As a malign sorcery spreads throughout the city, Merit must go to war against supernatural powers beyond her comprehension. It’s her last chance to save everything—and everyone—she loves.
Quatrième de Couverture VF :
Depuis la nuit où elle a été transformée en vampire, Merit est la Sentinelle et la protectrice de la maison Cadogan. Avec l'aide de son maître et amant Ethan Sullivan, elle a repoussé les forces des ténèbres à de nombreuses reprises. Mais une nouvelle menace surgit lorsqu'un vampire s'introduit dans la maison et l'agresse à l'aide de magie noire, Tandis que la sorcellerie menace la ville, Merit devra déclarer la guerre à des forces surnaturelles au-delà de sa compréhension pour sauver ceux qu'elle aime.
Note :
♣♣♣♣♣
Avis :
Voici donc le dernier opus des aventures de Merit à Chicago. Mais que les fans se rassurent l'auteur n'en a pas tout à fait fini avec la population surnaturelle de Chicago ! Une nouvelle série dérivée va bientôt voir le jour, et il est possible que Merit et Ethan y fasse des apparitions... après tout ce sont des acteurs importants de la politique surnaturelle et locale !

Ce dernier tome va servir à clôturer quelques pistes que l'auteur avait lancé auparavant, entre autre avec Sorcha. Car cette dernière n'est pas morte et on se doute bien qu'elle veut sa vengeance. L'auteur va également se pencher sur la prophétie de Gabriel.
En effet, la sorcellerie s'empare de la ville. Entre températures polaires et vague de démence, la ville de Chicago ne s'est plus à quel saint se vouer !

Le roman s'ouvre sur l’événement people qu'est le mariage entre Ethan et Merit. Il va prendre pas mal de pages même si l'auteur tente de le mêler à l'intrigue pour ne pas qu'il soit trop prépondérant. On sait que c'est important, mais tout de même, c'est une série d'action.

Pour résoudre l'intrigue, les grands absents seront les métamorphes. Au fond on va revenir aux fondamentaux : Catcher & Mallory, Ethan et Merit. Les autres sont extrêmement peu présents, voir carrément absents.
Cela "boucle la boucle" de revenir aux quatre personnages d'origine, mais je suis un peu déçue de ne pas voir les personnages qui avaient pris de l'importance au fil des tomes. C'était la fin de la série et donc l'occasion de faire un final éblouissant à mon sens.

Là je dois dire qu'on passe beaucoup de temps dans l'expectative et qu'excepté une fin que Godzilla n'aurait pas renié, l'ensemble est un peu plat. L'auteur a vraiment fait le tour de ses personnages et ne pouvait rien amener de plus.
C'est donc un tome un peu décevant par rapport au premier tome, mais qui clôture néanmoins efficacement la série sans laisser les lecteurs avec des questions sans réponses. Et les fans pourront lire la suite des aventures de la ville tantôt !


Infos :
Autres Tomes :
Autres Couvertures :

Challenge(s) :

La Mort d'un Princesse - India Desjardin



Quatrième de Couverture :
«J'ai pensé que je serais cette fille un peu maladroite, un peu névrosée, qui apprivoiserait le célibat tranquillement à coups de rendez-vous ratés, et qui en rirait avec sa meilleure amie. Je me suis prise pour un cliché.»

À 31 ans, après une rupture amoureuse, Sarah réalise rapidement que le scénario typique de comédie romantique ne sera pas pour elle. Sept ans plus tard, au top de sa carrière et toujours célibataire, Sarah se complaît dans son tourbillon professionnel réconfortant, gorgé d'ambition, de succès et de masques sociaux. Quand on voit les relations de couple avec lucidité, est-il possible de s'ouvrir de nouveau à l'amour?

La mort d'une princesse, c'est ce moment où les illusions tombent. On doit alors faire face à la réalité et trouver sa propre façon de vivre sa vie.
Note :
♣♣♣♣♣
Avis :
Je connaissais l'auteur par ses romans jeunesse, et j'étais curieuse de lire ce roman. Mais je dois dire, je trouve le résumé un peu mensonger. De plus, il en dévoilent beaucoup.

L'histoire s'ouvre sur une scène que l'on a du mal à relier chronologiquement au reste de l'histoire. C'est un passage que l'on retrouvera plus tard (environ à la moitié) et qui prendra sens. Ensuite, ce "sacrifice" de sa vie sentimentale n'est que tardif, l'auteur jouant avec la timeline.

On commence "vraiment" avec deux ruptures. Rien de "dramatique" au sens où c'est la vie. Dans la vie d'une jeune femme, il y a des rencontres et des ruptures, c'est logique. Bien sûr, on peut s'émouvoir, surtout de la "manière", mais cela reste quotidien. Toutefois, l'auteur passe un certain temps là dessus.
C'est un peu pour nous faire découvrir son héroïne, sa manière de penser et d'être, mais c'est un peu long à mon goût. Au vu de ce qu'annonçait le résumé, je ne m'attendais pas à passer autant de temps là-dessus.

Le fameux "sept ans plus tard" n'est pas aussi franc. C'est plus subtil comme glissement. On voit que Sarah a réussi à développer son affaire, mais que si professionnellement les choses se passent bien, ce n'est pas forcément le cas côté coeur. En effet, elle n'est toujours engagé dans aucune relation sérieuse, et doit même contempler impuissante les tromperies des autres.

Sa meilleure amie, lesbienne et maman, n'est pas d'un grand secours. Comme elle, elle se consacre à son travail et sa fille exclusivement, laissant bien peu de place à l'amour.
Est-cela voir les relations de couple avec lucidité ? Cela me semble un peu exagérée, car cela sous entend qu'il n'y a que ça. Des gens malheureux, menteur, tricheur... triste façon de voir les choses.

Mais Sarah va à nouveau rencontrer quelqu'un. Par hasard, alors même que la vie lance un "avertissement" à sa meilleure amie. Sarah tente alors de résister. Et entre mensonge à elle-même et cliché, il sera dur pour cet homme de vaincre ses défenses.
C'est cet homme "providentiel" qui sauve quelque peu le roman. En effet, il est très naturel, détendu. Il semble voir les choses avec une certaine simplicité, sans chercher à les compliquer. Il propose à Sarah de "voir comment ça se passe". Il ne lui promet pas le mariage et la vieillesse à deux, uniquement de se laisser une chance.

Ce roman est particulier. Ce n'est ni l'apologie du célibat ni la naïveté des contes de fées. On suit plutôt une jeune femme moderne, dans laquelle nombre de lectrice pourraient se retrouver. On suit le côté sombre de cette génération : les désillusions amoureuses.
Mais là où je m'attendais à ce que l'auteur insiste sur le fait qu'on n'a pas besoin d'être en couple pour être accomplie, c'est plutôt le contraire. L'héroïne n'est pas heureuse, elle a un "manque".

Dommage car à l'heure où notre société tente de sortir du modèle classique et de mettre en avant les autres modes de vie, ce roman est "entre deux chaises". Car ce n'est pas non plus une romance avec un "et ils vécurent heureux". Donc entre non-conte de fée et non-défense d'un autre modèle de vie, dur de placer cette histoire !

Je pense qu'on y trouvera ce qui correspond à la personnalité de chacun. Mais ne vous attendez ni à une romance ni à ce modèle "on peut vivre seul". C'est encore autre chose.

Un roman intéressant, mais particulier. 

Infos :

Voir aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...