mardi 23 août 2016

Backstage T.3 : Emporte-moi - Tracy Wolff


Quatrième de Couverture :
Tout juste sorti de cure de désintoxication, Wyatt, batteur de légende et bad boy, n’a qu’une envie : retrouver Shaken Dirty, son groupe de rock au sommet de sa gloire. Il rencontre alors la nouvelle consultante en réseaux sociaux du groupe, Poppy, qui lui fait un effet dingue... et devient sa nouvelle drogue au lit comme dans la vie. Mais en réalité, Poppy est en mission d’infiltration au sein du groupe pour surveiller Wyatt et l’empêcher de replonger. Or si celui-ci découvre la vérité, il risque de sombrer à nouveau dans une spirale infernale...
Note :
♣♣♣
Avis :
Cette série n'est peut-être pas très originale, mais elle reste légère et très plaisante à lire. C'est de la romance classique, mais bien écrite et je passe un bon moment.
L'auteur réussit à mêler à une romance classique des rebondissements intéressants et des personnages secondaires aussi intéressants que le couple principal.

Dans ce troisième tome on suit le plus "torturé" du groupe en la personne de Wyatt. Il sort de désintoxication et on le voit lutter avec son addiction.
Poppy se place dans une situation délicate dès le début et en souffre tout de suite, mais elle fait ce qu'il faut pour ses protégés et même le groupe pourra s'en apercevoir.

Bien sûr on aurait pu insister sur le côté souffrance et addiction, mais le roman aura probablement perdu sa légèreté. En l'état il reste léger, presque superficiel, mais pourtant curieusement addictif. On prend plaisir à lire et on a envie de passer encore un peu plus de temps avec les personnages.

Bref une romance que je vous recommande volontiers.

En revanche, je ne sais pas si nous pourrons un jour lire les deux derniers tomes de la série. L'auteur avait prévu de les sortir tous les deux fin 2014, nous sommes dans la deuxième moitié de 2016 et aucune nouvelle :(
C'est dommage, et j'espère que nous aurons la suite un jour. 

Infos :
Autres Tomes :
Autres Avis :
Autres Couvertures :

lundi 22 août 2016

[Livre vs Film] - Percy Jackson


Vous le savez certainement, je suis assez fan de la série Percy Jackson. Je l'ai découverte sur le tard (je n'ai lu les livres qu'à la sortie du second film je l'avoue), mais je l'ai dévoré deux fois depuis. Une fois que je met le nez dedans, j'enchaîne tous les bouquins sans pouvoir m'arrêter !

J'ai relu les cinq livres récemment et je me suis dit que je pourrai faire un petit article pour parler de leur adaptation cinéma. 
En effet, j'ai adoré l'adaptation des bouquins - contrairement à beaucoup d'amateurs des livres. 


Beaucoup reproche au film des coupes dans le scénario, des adaptations et de ne pas restituer la richesse du livre. C'est vrai, je ne peux pas le nier, pourtant c'est le cas de TOUTES les adaptations. Harry Potter en tête ! (suivi par Le Seigneur des Anneaux ou encore Le Hobbit) ce qui n'empêche pas ces franchises d'attirer des millions de fans - avec une majorité de lecteurs parmi eux. 

Rendre l'univers n'est jamais évident à l'écran, pourtant je trouve que les réalisateurs de Percy Jackson s'en sortent vraiment bien. Que ce soit le côté "magique" ou les créatures mythologiques, j'ai été assez impressionnée par le travail rendu. C'est très bien intégré à mon avis. De plus, la mythologie s'approfondie au fil des tomes, en particulier à partir du tome 3, du coup il est sûr que les tomes 1 et 2 ne présentent pas tout. Mais ce qui est fait rend bien. 

De plus, un détail peut être trop souvent oublié, Percy Jackson est une série écrite pour les enfants ! Au moins les premiers tomes. Percy a 12 ans dans le premier livre, c'est vraiment jeune et si on peut convaincre les lecteurs, au cinéma c'est une tout autre paire de manche. Décaler l'âge du héros à 16 ans ne me choque pas du tout, d'autant plus que le rendu est plutôt convainquant. 
Percy s'est toujours vu comme un raté, un asocial, et donc un garçon pas forcément très mature au contaire d'Annabeth et dans le film on retrouve cet aspect. 
C'est Grover le principal changement. Il change totalement de personnalité, en bien pour moi. Dans le livre, il sert de faire-valoir, permettant ainsi à un garçon de 12 ans d'être un héros. Dans le livre, il a plus le rôle d'acolyte. Il n'est peut-être pas le plus courageux des trois, mais il n'est pas aussi trouillard que dans le livre, pas pleurnichard. 
Non vraiment, côté personnages rien à redire. 

Dans le premier film, on fait l'impasse sur Clarisse et M. D pour ne les voir que dans le second opus. Le premier n'étant pas sûr de faire appel à une suite, cela ne me choque pas qu'on ne voit pas ces personnages qui auraient surchargés un film d'introduction. 

Mon seul regret c'est qu'on n'ai jamais la suite. Cette série avait le potentiel pour égaler Harry Potter et j'aurai vraiment aimé voir tous les livres adaptés sur grand écran. Tant pis, je ne me lasse pas (heureusement) de lire et regardé tout ce que j'ai sous la main :)

[C'est Lundi] - Semaine 34

Source : Truebloodaddict
Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of BooksGalleane a pris la relève, le récap des liens se fait maintenant chez elle.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

1. Lu la semaine dernière 

Entre mes deux pavés je me suis fait une petite sélection de BD en profitant, entre autre, de l'offre des BD à moins de 4€ =)

2. Lecture en cours : 
Plutôt dense et pas évident à appréhender pour le moment. Mais original !


3. J'aimerai lire cette semaine...

Je m'encourage bien fort !

Et votre semaine ?

La Loi du Cœur - Amy Harmon



Quatrième de Couverture :
Malgré elle. Malgré lui. Une seule loi : la passion.

« Je vous raconte. Il a été retrouvé dans un panier de linge sale au Lavomatic, emmailloté dans une serviette, âgé de quelques heures à peine et déjà à l'article de la mort. Au journal de vingt heures à la télé, ils l'ont appelé Bébé Moïse, ce nourrisson abandonné dans un panier, né d'une mère accro au crack et voué à toutes sortes de problèmes.
Tout cela s'est passé avant que je naisse, et le temps que je rencontre Moïse et que ma mère me conte son histoire, celle-ci était déjà de notoriété publique et personne ne voulait avoir quoi que ce soit à voir avec lui. Les gens adorent les bébés, même ceux qui sont malades, même les « bébés crack ». Mais les bébés grandissent, ils deviennent des enfants qui à leur tour deviennent adolescents. Et personne ne veut d'un ado amoché par la vie.
Et Moïse était amoché. Moïse était une loi à lui tout seul. Mais il était aussi étrange, et exotique, et tellement beau. D'être avec lui allait changer ma vie plus que j'aurais jamais pu l'imaginer. J'aurais peut-être dû rester à l'écart. J'aurais peut-être dû écouter les conseils. Ma mère m'avait prévenue. Moïse lui-même m'avait prévenue. Mais je suis restée près de lui... "
Note :
♣♣♣
Avis :
Si je n'ai pas lu L'Infini+Un de l'auteur, j'ai lu Making Faces et j'avais été charmée. Ici c'est moins évident, mais l'écriture de l'auteur est toujours un plaisir.
Elle déroule les faits et décrit les sentiments avec justesse. Elle sait faire sourire ou pleurer son lecteur selon les événements et réussit à nous impliquer totalement dans l'histoire.

Cette histoire c'est celle de Moïse, un enfant crack qui a du mal à s'intégrer : trop actif, trop sur la défensive et qui ne veut que peindre. Mais aussi celle de Georgia, rêvant d'être cow-girl, une fille du cru qui, presque sans s'en rendre compte, sera séduite par ce garçon atypique et farouche.
J'ai aimé les descriptions des transes artistiques de Moïse, comment l'auteur retranscrit cet amour de l'art. J'ai aimé les fortes relations familiales avec un petit coup de cœur pour la grand-mère de Moïse. J'ai également apprécié Georgie qui, à sa façon, est nature et accessible. Elle sait ce qu'elle aime, s'y adonne avec passion et n'hésite pas à persévérer pour obtenir ce qu'elle veut.
A leur histoire, l'auteur greffe une petite intrigue policière. Intrigue que l'on ne voit pas vraiment, l'autrice ne s'en servant que pour faire avancer sa romance, mais qui sera résolue à la fin du roman. Je dois dire que cette histoire là se devinait à des kilomètres à la ronde et qu'un habitué des romans policier devinera facilement la solution.

En revanche, malgré le charme de ce roman, j'ai quelques bémols.
Tout d'abord l'inclusion du fantastique. Elle est extrêmement bien faites et sert bien le récit : ni trop ni trop peu. Toutefois, je ne m'attendais pas à ça en lisant ce livre et je n'ai pas vraiment apprécié la surprise. Dès ce moment là, j'ai moins adhéré au récit, j'y croyais moins et c'est dommage. Malgré tout c'est bien fait, je le répète, et tous les lecteurs n'ont pas été gêné par ce point, mais j'aurai aimé m'y attendre. [Spoiler]Moïse "communique" avec les morts. Il est hanté par les défunts qui rôdent autour des gens avec qui il est en contact. Et le seul moyen qu'il trouve pour s'en débarrasser est de peindre, peindre ses souvenirs.[/spoiler]

Ensuite le "drame" du livre. On le devine dès que l'auteur met ses éléments en place, mais ce n'est pas le problème. Je me demande juste s'il était vraiment nécessaire qu'il soit amené de cette manière. Là je l'ai juste compris comme un fardeau supplémentaire sur une âme qui n'en avait pas besoin. D'autant plus qu'il y a quelques non-dits (comme le grand-père...). Mais c'est mon côté sensible.

Et enfin, un point sur lequel je rejoins Cess : l'autrice ne fait pas DU TOUT passer les bons messages. Qu'elle soit célèbre ou non n'importe pas. Elle se doit, à mon sens, de véhiculer certaines choses basiques. On a ici un roman qui débute avec des adolescents et qui est à destinations de jeunes. Il est primordiale d'en profiter pour donner l'exemple, ou du moins d'avoir une responsabilité post-acte. Ce n'est pas le premier auteur à jouer sur ce point, et cela me dérange toujours autant.

Edit : Ah et Moïse n'est pas sensé être noir ? Non pas que je m'en soucis, mais si je ne me trompe pas ce serait bien que pour une fois on est un modèle de couleur sur une couverture...

Infos :
Autres Avis :
Autres Couvertures :

dimanche 21 août 2016

Carmine Delmonico T.5 : Péché de Chair - Colleen McCullough


Quatrième de Couverture :
Août 1969. Holloman, petite ville du Connecticut, a retrouvé son calme après les tragiques événements de janvier (cf Le Dernier Banquet, Archipoche). Jusqu'au jour ou un, puis deux corps d'homme mutilés sont retrouvés. Le capitaine Delmonico écourte alors ses congés pour enquêter sur cette affaire. Assisté du sergent Delia Carstairs et du lieutenant Abe Goldberg, il découvre très vite un lien entre les deux meurtres et la disparition inexpliquée de plusieurs femmes. Et si Holloman n'avait pas affaire à un psychopathe, mais à deux ? Voila qui promet une fin d’été torride, irrespirable...
Note :
♣♣♣♣♣
Avis :
Péché de Chair est le dernier tome de la série. Cela ne se ressent pas du tout à la lecture, même à la toute fin, mais l'auteur est décédé en janvier 2015 et il n'y a pas d'autres tomes, même en anglais. Ce sera donc la dernière aventure de l'inspecteur Delmonico.

On retrouve avec plaisir cette équipe soudée et où tout le monde ou presque à des liens de parenté à des degrés divers. On retrouve également avec plaisir une enquête où l'ADN et le profilage n'ont pas leur place : question d'époque ! C'est vraiment agréable de retrouver des enquêtes qui sont résolues grâces aux hommes, et aux femmes, qui se lancent dedans plutôt qu'à des découvertes scientifiques (même si j'adore hein - surtout en série TV). C'est ce qui fait tout le charme de cette série de livres.

Ici, Carmine Delmonico est en vacances, mais nous suivons Abe et Delia qui se débattent tout deux avec des affaires compliquées. Elle est au prise avec six femmes qui ont mystérieusement disparues sans laisser la moindre trace, laissant toutes leurs affaires derrière elles. Lui doit faire face à des cadavres d'hommes morts de faim qui sont retrouvés émasculés. Deux enquêtes étranges et difficiles car ils n'ont aucune piste.
Heureusement, Carmine ne tardera pas à revenir et apportera un œil neuf à tout cela. On pourra également compter sur les nouveaux amis de Delia qui les aideront à progresser de manières surprenante.

J'ai beaucoup apprécié le couple Rufus/Ras. Excentriques, artistes mais ouverts d'esprit et fidèles, ils apportent une vraie bouffée de fraîcheur au roman qui pourrait, sinon, être franchement glauque.
Le roman aborde également l'homosexualité mais comme fait annexe, jamais central. C'est ainsi point, il n'y a pas de débat ou de jugement, quel bonheur !

La quatrième de couverture permet à un lecteur habitué, de rapidement tirer les conclusions qui s'impose, mais j'ai pourtant trouvé les coupables un peu décevants. Il n'y a pas vraiment de raison satisfaisante, à mon goût, à leurs actes. Pour le second, j'ai même trouvé ça un peu tiré par les cheveux. Mais je soupçonne la manière dont s'est amené d'y être pour quelque chose.

Cela reste une enquête vraiment plaisante, et je dis au revoir à tout ce petit monde avec une certaine nostalgie. 

Infos :
Autres Tomes :
Autres Couvertures :
Challenge(s) :

samedi 20 août 2016

La Confrérie de la Dague Noire T.13 : L'Amant des Ombres - J.R. Ward


Quatrième de Couverture :
Trez « Latimer » n'existe pas vraiment. Et pas simplement parce que cette identité n'a été créée que pour permettre à une Ombre d'évoluer dans le monde des humains. Vendu par ses parents à la Reine des S'Hsibe lorsqu'il n'était encore qu'un enfant, Trez s'échappa et finit par trouver refuge à New York. Tout au long de sa vie de fuyard, il n'a jamais pu faire confiance qu'à une seule personne : son frère iAm. Le seul objectif de celui-ci a d'ailleurs toujours été de protéger son frère mais il semble qu'il soit maintenant trop tard puisque Serena, la fille de la Reine vient réclamer son dû. Pris au piège par un destin qu'ils n'ont jamais souhaité, les deux frères vont devoir faire un choix et risquer l'ultime sacrifice...
Note :
♣♣
Avis :
Ces derniers temps, j'étais déçue des tomes de la Confrérie. Non pas parce que l'auteur quittait le modèle 1livre=1couple (au contraire), mais parce que l'histoire dans son ensemble manque de profondeur.
Notons également des erreurs dans le résumé : Serena n'est pas la fille de la Reine et Trez compte sur au moins une autre personne...

Dans ce livre, l'auteur se penche sur les Ombres : Trez et iAm. Ils ont perdus dans le tome précédent tout ce qui les rendaient unique. Ce tome le confirme : ils sont comme les autres. Des gros durs qui roulent des mécaniques et s’obstinent, mais qui devant une "âme sœur" deviennent des idiots.
Ici, il faut que l'amour de Trez soit [spoiler]mourante[/spoiler] pour qu'il se décide à se réveiller et à profiter de ce que la vie lui offre. On aura donc d'un côté le romantisme fleur bleu dégoulinant de Trez, face à tous les soucis que les autres doivent gérer.
iAm est toujours là pour soutenir son frère et je dois dire qu'un dévouement pareil force le respect. Il supporte toutes ses conneries et risque même sa vie à plusieurs reprises, c'est beau l'amour fraternel. Heureusement, à la fin l'auteur prend des mesures pour équilibrer la balance !

Du côté de la Confrérie c'est un peu le bazar...l'auteur introduit les personnages qui vont lancer la série dérivée (Legacy qui arrive en fin d'année chez l'éditeur), prépare le terrain pour de nouveaux jeux politique, fait de Xcor un agneau décevant et règle un problème d'éradiqueurs en claquant des doigts...ah il est loin le temps où c'étaient les grands méchants !!!!

Dans l'ensemble il n'y a pas vraiment de surprise. On revoit un peu tout le monde, même Rhage qui est pathétique, on prend des nouvelles de tout le monde quel que soit son camps, et le lecteur se désole des guimauves que sont les guerriers.

De plus, il y a toujours quelque chose qui me chiffone : je n'adhère pas du tout au niveau de langage de l'autrice pour ses dialogues entre les frères. C'est "mon pote" à répétition et autre, ça me donnerait presque la nausée. Je n'y crois pas un instant et c'est à la limite de gâcher ma lecture.

C'est vraiment dommage que l'auteur soit partie d'une bonne idée pour arriver à un livre qui manque de la magie et du piquant de la série. Le bon côté, c'est que le sexe, bien que présent, ne monopolise plus 95% du livre.

Infos :
  • L'Amant des Ombres (The Shadows)
  • La Confrérie de la Dague Noire #13 (The Black Dagger Brotherhood #13)
  • J.R. Ward
  • Bragelonne (mai 2016)
  • 648 pages
  • 25 € (Grand Format)
  • Fiche
  • Commander sur Amazon
  • Télécharger le fichier Kindle (pas de lien pour le moment)
Autres Tomes :
Autres Couvertures :

Voir aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...