jeudi 28 juillet 2016

La Horde du Contrevent - Alain Damasio


Quatrième de Couverture :
Imaginez une Terre poncée, avec en son centre une bande de cinq mille kilomètres de large et sur ses franges un miroir de glace à peine rayable, inhabité. Imaginez qu’un vent féroce en rince la surface. Que les villages qui s’y sont accrochés, avec leurs maisons en goutte d’eau, les chars à voile qui la strient, les airpailleurs debout en plein flot, tous résistent. Imaginez qu’en Extrême-Aval ait été formé un bloc d’élite d’une vingtaine d’enfants aptes à remonter au cran, rafale en gueule, leur vie durant, le vent jusqu’à sa source, à ce jour jamais atteinte : l’Extrême-Amont.
Mon nom est Sov Strochnis, scribe. Mon nom est Caracole le troubadour et Oroshi Melicerte, aéromaître. Je m’appelle aussi Golgoth, traceur de la Horde, Arval l’éclaireur et parfois même Larco lorsque je braconne l’azur à la cage volante. Ensemble, nous formons la Horde du Contrevent. Il en a existé trente-trois en huit siècles, toutes infructueuses. Je vous parle au nom de la trente-quatrième : sans doute l’ultime.
Note :
♣♣♣♣
Avis :
Voici un roman dont j'ai beaucoup de mal à parler. Il est assez inclassable, mais j'ai respecté la classification de Folio : SF (même si je l'aurai plus casé en fantastique qu'en SF, m'enfin).
Ce roman est un livre-univers : il contient vraiment un monde à lui tout seul, et nous happe à l'intérieur dès les premiers mots. L'auteur a fait un travail impressionnant pour nous immerger à l'intérieur et cela passe par les description, mais également par le style du roman.

En effet, nous avons ici une histoire à plusieurs voix. La 34e Horde est composée de plusieurs membres qui, tous à leur manière, sont indispensables. Ils peuvent tous prendre la parole, à n'importe quel moment du récit, sans forcément attendre un chapitre. Plutôt que de mettre le nom du narrateur en début de paragraphe, l'auteur a choisit d'utiliser un symbole qui renvoie à chaque membre de la Horde. Pour que tout le monde s'y retrouve, le livre est fourni avec un marque-page qui recense ces symboles. Cela a l'avantage de nous permettre de déterminer qui parle, mais également de nous rappeler la composition de la Horde et le rôle de chacun. Malin !
Au début, on fait de fréquent aller-retour puis petit à petit, on finit par déterminer qui parle : par son symbole, mais également par sa façon de parler.

Le monde est battu par les vents, des vents souvent violents, meurtriers. Le mythe veut qu'au bout du monde, on trouve la réponse. Chacun se fait une idée de cette fin du monde, mais personne n'a de réponse. Chaque Horde est formée pour avancer, toujours plus loin que la précédente, mais aucune n'a réussit sa mission. Golgoth, traceur de la Horde, est déterminée à être celui qui réussira.

Au début, l'auteur nous présente des situations "classiques" de la Horde pour nous présenter ce monde si rude, et comment les personnages y font face. Cela nous permet également de nous familiariser avec les différents caractères.
Petit à petit, au fil de l'avancée de la Horde, on apprend à tous les connaître. Le traceur, le combattant, le prince, la maîtresse du feu etc. Leurs différentes voix donne une dimension inédite au récit. Lorsqu'ils prennent la parole, ils relatent ce qu'il se passe, mais à travers leur vision, leur (dés)espoir, leurs rêves et leurs croyances.

Ne cherchez pas de grandes actions, de grandes batailles héroïques (ou non), vous n'aurez que le quotidien de ce groupe qui vit à la dure et qui avance malgré tout. C'est plus un univers qu'autre chose. Certes il y a la quête, mais elle paraît tellement secondaire. Même les personnages ne sont pas "importants" ils ne sont que l'instrument de l'avancée.

C'est une quête, un groupe, une Horde, qui avance contre tout, à l'encontre de tout et même de leur survie. Un espoir ou un aveuglement, une soif de savoir et une rage de vaincre.

Par moment toutefois les inventions de l'auteur, ses concepts - le vif, le vent - sont particulièrement difficiles à suivre. Entre mythe et réalité, il est parfois difficile de suivre et d'appréhender entièrement la volonté de l'auteur. Pourtant on avance, on finit par avoir une compréhension plus instinctive.

La fin toutefois est un peu plus prévisible et abrupte. Elle aurait mérité - à mon goût - un petit épilogue ou un petit mot de l'auteur.



Une chose est sûre, vous ne verrez plus le vent du même œil !


Infos :
Autres Couvertures :
Challenge(s) :

4 commentaires:

  1. Une lecture très intéressante !

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai qu'il n'y a pas de grandes actions ou de grandes batailles, "seulement" le quotidien des personnages. Mais quel monde âpre ! Cette lecture m'a vraiment marquée.

    RépondreSupprimer

Voir aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...