mardi 31 mai 2011

La Confrérie de la Dague Noire T.1 : L’amant Ténébreux - J.R. Ward





Quatrième de Couverture :
Une guerre fait rage à l'insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ces guerriers sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire. A sa tête, Kolher, leader charismatique et implacable… L'un de ses plus fidèles guerriers est assassiné, laissant derrière lui sa fille, une magnifique jeune femme, une sang-mêlé qui ignore tout de son destin. Et c'est à Kolher qu'il incombe de faire découvrir à Beth le monde mystérieux qui sera désormais le sien…

Avis : 
Tout d'abord je vous préviens, la romance paranormale n'est pas ma tasse de thé (ou de café). Je ne suis pas fan des histoires excessivement romantique ou érotique (si on en voulait on achèterait directement un livre érotique) et j'ai besoin d'action. De la sensualité, des sentiments oui, mais de l'action que diable. J'étais donc particulièrement exigeante à ma lecture. 
Ensuite je l'ai d'abord lu en anglais (ou j'ai eu une impression positive) avant de le relire en français hier pour commencer la suite…mal m'en a pris ! La traduction est à chier atroce !!! Bon sang “j'ai pas” n'est pas français ! Et tout est comme ça. Je ne suis pas maniaque du français, mais il m'a fallu de l'obstination pour passer outre cette traduction de merde. Je suis désolée pour la personne qui s'est donné la peine de le faire, mais franchement là, non ça ne passe pas ! Et le pire c'est que je suis sure qu'il y a eu des corrections, et qu'elles n'ont pas été prises en compte. Pff aucun respect pour le lecteur. Messieurs dames, que vous n'aimiez pas le roman est une chose, c'est votre droit, mais ne critiquez pas ceux qui aime. Vous n'avez pas à faire un travail de merde, sous prétexte que vous estimez que l'histoire c'est de la merde.
Voilà mon coup de gueule, passons à mon avis !

 Dans cette histoire, deux forces antagonistes s'opposent depuis la nuit des temps. Pour cela nous avons : du côté “bon” (si on veut) : La Confrérie de la Dague Noire et les vampires “civils” qu'elle protège, de l'autre : L'Omega et les éradiqueurs (êtres autrefois humains ayant troqué leurs âmes contre une forme d'immortalité). En gros les ex-humains essayent d'éliminer les vampires, quand la Confrérie essaye de les en empêcher.
La Confrérie est un groupe de mâles (ouaip, je n’ai pas dit d'hommes/vampires à dessein) baraqués, séduisant, puissant etc. tous plus ou moins maudits et à des degrés divers. Ils vouent leurs vies à la défense des civils. (P.S. C'est marrant mais les noms semblent moins ridicules en VO, vous ne trouvez pas ?)
Leur chef est Wrath (Kholer dans la trad.) n'est pas mieux lotis qu'eux. Froid et sans cœur depuis sa Transformation, il n'est attaché à rien ni personne même s'il se soucie d'une certaine manière de ses hommes.
Et pour contrebalancer toute cette testostérone, on ajoute une fragile humaine, fille demi-sang de l'un des guerrier, qui est sur le point de se Transformer en vampire, alors qu'elle ignore tout de ce monde. Suite à des événements tragiques, c'est le Roi qui va prendre la responsabilité de sa Transformation. Mais rien ne se passe jamais comme prévu. Alors que le Roi se découvre un cœur et du désir pour elle, Beth, humaine, se sent écartelé entre son désir et sa vie. 
La couverture, typique pour de la romance paranormale, ne colle pourtant pas très bien au contenu, bien plus sombre et violent. Mais elle reste belle.
Une chose est sûre, on ne pourra pas reprocher à l'auteur de se perdre. Elle s'est fixé des objectifs et un scénario précis, et tout se déroule comme du papier à musique. L'auteur ne s'égare pas, et les scènes plus “hot” ne détournent pas l'histoire de son cours. Elle alterne les points de vue ce qui nous permet d'avoir plusieurs angles pour l'histoire de la Transformation de Beth. Pour ce qui est de l'action, comptons sur Wrath pour s'en charger.
J'aurais un regret : les fameuses scènes “hot” qui n'apporte rien, et qui auraient pu être “passées sous silence” sans retirer 'l'importance' qu'elles peuvent amener pour le ciment d'un couple. Mais bon, je pense que certains amateurs les trouveront à leur gout, même si je pense avoir lu mieux, c'est une question de point de vue (surement parce que je ne suis pas amatrice du 2m de haut de machisme pur dopé à la testostérone).
Un autre regret, typiquement français, la vulgarité. Ok ils sont “entre hommes” etc. mais…bof, j'ai eu du mal à trouver ça réaliste, alors que pourtant l'écriture du reste fonctionne assez bien pour accrocher le lecteur. 
Bref, de l'action, un soupçon de romance, de l'érotisme facile et des guerriers très mâles tout dévoués à leur cause…et la sauce prend pas mal. 

PAR RAPPORT A MINUIT : 
J'ai beaucoup lu à la sortie de Minuit, que les deux séries se ressemblaient (raison - en partie - pour laquelle j'ai souhaité me remémorer cette histoire). Et c'est vrai. On ne peut s'empêcher de faire le rapprochement entre les deux, et à raison (d'autant plus que dans les deux cas on commence par le souverain mais bon…)
Ceci dit, j'ai trouvé Minuit plus simple d'accès, moins “machiste” et “mâle” que la Confrérie de la Dague Noire. Les héros sont moins caricaturaux, ils ont peut-être du coup moins de personnalité également, à voir, mais semble un peu plus accessibles également.
L'héroïne de Minuit m'a semblé également plus convaincante que Beth. 
Bref je dirais que OUI il est évident que les séries sont proches, mais pour les publics plus ouverts (on oublie donc ceux qui n'aiment pas Du Tout la romance paranormale) on appréciera tout autant que la Confrérie
Maintenant ces lignes sont écrites alors que je n'ai lu que les premiers tomes de chaque séries, il est possible que je change d'avis dans mes lectures. Je vous tiens au courant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Voir aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...