jeudi 26 mai 2011

Kushiel T.3 : L'avatar - Jacqueline Carey





Présentation de l'éditeur
Évoluant au milieu d'une foule de personnages hauts en couleur, Phèdre mène jusqu'à son terme une quête qui change les plus grands mystères en épisodes d'une incroyable intensité (…) Une saga digne de George R. R. Martin. (Locus). 
La qualification de chef-d'oeuvre est proche de la vérité: un récit épique, d'une ampleur rare et au style magnifique.” (NooSFere).
La marque de Kushiel dans l'oeil de Phèdre nô Delaunay fait d'elle une élue, et lui vaut d'éprouver à jamais le plaisir dans la souffrance. Sur son chemin semé de dangers, elle peut compter sur le moine guerrier Joscelin. Bien que la nature de Phèdre soit une source perpétuelle de tourments pour eux deux, Joscelin lui demeure indéfectiblement fidèle. Jamais il n'a trahi son serment: protéger et servir. Mais le destin lui réserve une ultime épreuve.
En effet, Phèdre n'a jamais oublié Hyacinthe, son ami d'enfance et, depuis dix ans, elle cherche en vain la clé qui le libérerait de son asservissement éternel. Car Hyacinthe a conclu un pacte avec les dieux pour se sacrifier à la place de son amie et sauver sa patrie. Aussi Phèdre saisit-elle la dernière chance qui lui est donnée de le sauver. Cette quête la conduira au bout du monde, par-delà des royaumes où règne la folie, à la merci de seigneurs de guerre déments et cruels, et face à un pouvoir si immense et terrifiant que personne n'ose en prononcer le nom…

Avis : 
Phèdre a eu droit à dix années de répit depuis sa dernière mission. Dix années durant lesquelles elle a profité de l'amour de Joscelin, son parfait Cassilin, de la joie d'avoir un foyer.
Mais elle n'a jamais oublié ceux qui sont les pions du destin.
Hyacynthe, son Prince des Voleurs, Tsigano condamné pour l'éternité à remplacer le maitre du détroit et à être prisonnier d'une île sans possibilité de fuite ou de visite. Elle n'a jamais renoncé à le liberer de sa malédiction, et étudie avec patience et méthode tous les documents Yeshuites qui lui tombe sous la main.
Mais alors que ses recherches sont au point mort, voilà que quelqu'un d'autre se rappelle à elle…Mélisande.
Elle a besoin de l'aide de Phèdre pour retrouver son fils. En échange elle lui promet de lui donner des indices pour délivrer son ami.

Incapable de laisser passer une telle occasion, Phèdre accepte.
Mais elle ne se rend pas encore compte dans quelle aventure elle s'engage ! Elle va finir par mesurer le prix qu'on lui demande de payer…mais refuser signifierai perdre le soutien de Kushiel, de Naamah, des compagnons d'Eluah…mais surtout d'Eluah lui même. C'est une D'Angeline. Elle ne peut se résoudre à une telle chose.
Elle va alors accepter l'innaceptable. Elle n'en sortira pas indemne, pas plus que Joscelin, le parfait compagnon, qui la suivra jusqu'en enfer et au delà. Mais Ils triompheront, leur amour parfait les soutiendront, et ils y gagneront une nouvelle sorte d'amour. Celui qu'on ne peut forcer.
Quête périlleuse et étonnante, Jacqueline Carey continue de nous faire voyager dans un monde parallèle tellement proche et éloigné du notre. Une fresque flamboyante et sombre, ou la douleur et la mort cotoie plus la vie que l'amour et la bonté.
Moins bon que le premier, pur chez d'oeuvre, Mme Carey continue de nous faire rire pleurer souffrir et rire avec Phèdre.
A ne pas mettre entre les mains sensible, mais à tout ceux qui aime les grandes quêtes et les sacrifices incommensurable.
Ce dernier opus de la trilogie concernant Phèdre est clairement découpé en 3 morceaux. Ce qui est dommage c'est que ce découpage soit aussi visible. On a presque l'impression en le lisant d'avoir une page blanche qui sépare. Ou de lire un autre livre.Un regret d'autant plus grand que les trois parties ne sont pas de tailles ou de qualités égales. 
La première concerne la recherche d'Imriel, la seconde se passe au harem - et est particulièrement éprouvant à lire - et la dernière se passe dans une Egypte alternative.
Si la première partie conserve le ton assez typique du premier lorsque Phèdre est en Terre d'Ange on ne peut en dire autant des deux autres. En effet, tout le récit du passage de Phèdre au harem m'a un peu retourné le cœur. Les descriptions sont crues et les faits détaillés assez écœurants. Il est des scènes que j'aurai préféré avoir simplement suggéré que détaillé. Surtout les scènes de sexe. Mais l'auteur a tenu à nous faire vivre le calvaire de son héroïne et j'ai grimacé plus d'une fois. Il est inconcevable que quelqu'un arrive à survivre à cela. 
Enfin la dernière partie clôt le problème de Hyacinthe qui est toujours prisonnier sur son île. Phèdre n'a en effet jamais abandonné l'idée de lever le geis qui pèse sur lui, surtout parce qu'elle ne s'est jamais pardonné ce sacrifice. Malheureusement, si la description du voyage est magnifique, la fin est trop facile à mon goût. Après des aventures d'une intensité incroyable, on aurait voulu un final aussi éclatant. Je reconnais qu'il était difficile de conclure, mais ne peut pour autant m'empêcher d'être un peu déçue. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Voir aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...