lundi 26 mars 2012

Oeil pour Oeil - James Patterson & Howard Roughan

 
Quatrième de Couverture :
À Manhattan, l'assassinat particulièrement atroce d'un avocat de la mafia dans un restaurant huppé de Manhattan laisse la police perplexe.
Le tueur ayant réussi à prendre la fuite sans être inquiété, elle n'a aucune piste. Et comment trouver une signification à son geste barbare ? L'assassin, à l'aide d'un scalpel, a en effet arraché de leur orbite les yeux de sa victime...
À quelques tables de là, Nick Riley, grand reporter, est en train de réaliser l'un des plus grands coups de sa carrière. Il a décroché une interview de Dwayne Robinson, bad boy et star déchue du base-ball.
Mais Nick va peut-être réussir un plus gros coup encore. Témoin de la scène, il est le seul à avoir remarqué un détail qui, pense-t-il, va le mener au commanditaire du meurtre.
En attendant, il risque surtout sa vie. Son enquête dérange. Et il se retrouve au milieu d'une guerre des gangs entre mafias russe et italienne...
Avis :

James Patterson est un habitué des thriller et même une sorte de "référence" même pour nous, français. Auteur prolifique il signe là un polar qui reprend des ficelles classique.

Un journaliste en sait trop, en a trop vu, même s'il ne sait pas ce qu'il a vu, parrains, fausses pistes et vrais coupables, trahisons et coup bas. Ne cherchez pas spécialement ici un thriller très sanglant car, excepté la scène d'ouverture annoncé en synopsis, le reste est plus "calme" (à l'aune de fusillades bien sûr). Malheureusement ce n'est pas le meilleur, et de loin.

Les choses mettent un peu trop de temps à se présenter, l'auteur privilégiant l'atmosphère à un suspens haletant. Du coup, tout les personnages ou presque sont présentés dans le premiers chapitres, plus quelques autres qui vont disparaître, mais l'action elle tarde un peu. Elle se rattrapera, mais du coup l'ensemble souffre de lenteur sur le début et de précipitation sur la fin.

J'ai l'air dure, mais c'est avant tout parce que je suis une grande fan du genre, ayant dévoré des dizaines de romans à mes heures de vacances perdues. Du coup, on devient un peu plus exigeant.

C'est une bonne histoire, avec fausses-pistes et faux-semblants, mais vu ce qu'il y a sur le marché, c'est un honnête polar, sans plus. Une bonne lecture, un bon moment, mais pas forcément le livre qui marquera les mémoires plus de quelques instants.

La mafia justement évoquée au dessus, et annoncée dans le synopsis avec la guerre des gangs, va d'ailleurs être plus anecdotique qu'autre chose. Oui elle aura un rôle à jouer, mais elle sert plus à donner de la consistance à l'ambiance qu'autre chose. Ne vous attendez pas non plus à une ville en guerre.

Les personnages sont eux un peu trop superficiels, du coup aucune identification n'est réellement possible, l'auteur passant de toute façon trop vite de l'un à l'autre. On ne voit la patronne du journal plusieurs fois, mais seulement quelques lignes à chaque fois. Le héros se répète à son sujet, ce qui fait qu'à la fin on a retenu ce qu'on nous a seriner mais on ne sait toujours rien du personnage.

Il y a quelques défauts, qui sont plus du à une baisse de régime, un manque de renouveau dans le scénario, qu'une erreur d'écriture. C'est déjà ça.


En bref, une bonne lecture, mais qui ne marquera pas. Pour se détendre cet été.

Infos :

  • Oeil pour Oeil
  • James Patterson
  • L'Archipel
  • 330 pages
  • 20.90€
  •  genre : thriller
Couverture(s) :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Voir aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...